LA COMPAGNIE PROVISOIRE

Investir des espaces, des théâtres, des territoires. Les occuper. Rencontrer les publics. Le théâtre est une affaire de relation. Il travaille sur le lien qui se tisse entre l’imaginaire des interprètes et celui des spectateurs. Pour chaque nouvelle création, je m’efforce de le préserver. Pour cela je désencombre les spectacles de toute la machinerie théâtrale. Il s’agit de mettre en scène une rencontre. Une rencontre le plus souvent autour d’un texte, mais aussi d’une forme, d’une idée ou d’une thématique.

L’acte théâtral ne connait pas de limites. Au contraire. Il permet de briser les carcans et de décloisonner des pratiques artistiques. Au delà des formes qu’il prend — en salle de spectacle, en lieu non dédié, en extérieur ou en rue; au delà des objectifs qu’il se donne — pour des adultes, des ados ou du jeune public; au delà de la matière dont il s’empare — pièce, roman, récit ou témoignage; notre «théâtre enragé» tente de rendre compte de tous ceux qui, envers et contre tout, cherchent à échapper au cadre dans lequel on voudrait les enfermer, pour «devenir».

 

MANIFESTE POUR UN THÉÂTRE ENRAGÉ

Le théâtre enragé propose une aventure humaine

Il est un théâtre d’actrices et d’acteurs

Un théâtre de corps

Le théâtre enragé s’installe partout

Il s’est affranchi des contraintes techniques

L’espace y conserve son caractère brut

Le théâtre enragé s’empare de toutes les formes d’écriture et se les approprie

Il se fonde sur une dramaturgie qui bouscule les conventions théâtrales

La dramaturgie interroge, perpétuellement et en toute liberté, la relation entre les interprètes et les spectateurs

Elle ôte le spectaculaire au bénéfice de l’acte théâtral

Elle rend active la perception du spectateur

Le théâtre enragé propose une esthétique sans artifices

Il est épuré

Tous les acteurs du théâtre enragé travaillent à cette épure, afin d’atteindre l’essentiel

Le théâtre enragé est fait par des interprètes enragés